Choisir ses chaussures avant un road trip

Parcourir le monde est pour moi une véritable passion. J’adore découvrir de nouvelles régions, de nouveaux continents, de nouveaux paysages et de nouvelles cultures. Mais quand je pars en vacances, ce que je préfère c’est de voyager en mode road trip. En effet, mon sac à dos, mon appareil photo et les surprises, les découvertes, les rebondissements, c'est ça que je recherche...

Le road trip est souvent le meilleur moyen d’être plongé au cœur de la nature, de profiter pleinement des paysages qui s’offrent à nous et de pouvoir changer de destination quand bon nous semble. C’est ce que j’aime particulièrement dans cette façon de découvrir un pays : la liberté de pouvoir se déplacer quand on veut et où on veut.

Le road trip peut se pratiquer seul, mais lors des longs voyages mieux vaut être plusieurs, car sinon le voyage peut être moins fun. Pour autant, rien ne nous empêche de commencer seul et de rencontrer des personnes au fur et à mesure de nos étapes.

Toutefois, si le road trip peut être assimilé à l’inconnu, je vous conseille de préparer à l’avance certaines choses et surtout de partir avec le bon équipement. Une paire de chaussures est indispensable lorsqu’on prévoit de partir en road trip, et la paire de chuassures de type randonnée est sans doute celle qui est le plus adaptée. De ce fait, je vous propose quelques conseils pour choisir le modèle de chaussures qui convient le mieux pour un road trip en fonction du voyage.

Meilleures ventes


Une paire de chaussures pour chaque occasion

En fonction du moment et de la situation, il faut choisir une paire de chaussures adaptée. J’utilise différentes paires, chacune ayant une utilité propre pour le road trip.

Il n’existe pas vraiment de catégorie de chaussures spécifique au road trip. De mon côté, je conseille de partir avec une paire de chaussures de type randonnée accompagné d'une ou deux autres paires pour les excursions en ville, à la plage etc... cela vous permettra d'être paré à un maximum de situations, et de limiter le superflus.

Les 5 types de chaussures de randonnée

1. Les chaussures d’alpinisme (qui se déclinent en plusieurs catégories)

  • Alpinisme hivernal et expéditions: chaussures destinées aux températures inférieures à -20°C. Souvent équipées de surbottes, et plus ou moins techniques selon les modèles, elles se composent pour la plupart d’un chausson qui s’enfile dans la chaussure. Elles acceptent les crampons à attache automatique grâce à leur débord avant et arrière (voir paragraphe sur les crampons).
  • Alpinisme technique pour les courses difficiles: chaussures rigides pour tenir sans trop d’effort sur les appuis que l’on trouve dans les ambiances verticales. Leur rigidité permet l’utilisation de crampons à attaches automatiques (débord avant et arrière).
  • Alpinisme haute route et Alpinisme "facile": chaussures adaptées à l’altitude, aux cheminements parfois hors sentier, avec passages en neige voir en glace. Polyvalentes et indiquées pour des courses de neige F à AD avec pentes jusqu’à 45°, se sont des chaussures d’alpinisme à tige haute et à semelles semi-rigides, cramponnables en semi-auto (débord arrière).

2. Les chaussures de grande randonnée

Chaussures de randonnée à tige haute avec semelle assez rigide et amorti conséquent pour de forts dénivelés et des charges importantes. Ce sont des chaussures de randonnée/trek, à tige haute, et à semelle semi-rigides.

3. Les chaussures de petite randonnée

Chaussures de "balade" ou à tige "mid" pour des parcours en général de moyenne dimension avec des sacs à dos légers. Agréables par leur légèreté, surtout en période estivale.

4. Les chaussures d’approche

Depuis une dizaine d’années les fabricants proposent des chaussures de montagne basses avec un amorti suffisant pour porter une charge, avec une rigidité et une qualité de semelle tout à fait indiquée pour les terrains difficiles.

Initialement conçues pour rejoindre le pied des parois d’alpinisme, où elles sont remplacées par des chaussons d’escalade, elles sont maintenant utilisées comme des chaussures de randonnée voire de montagne pour certains parcours. Ces chaussures sont donc intéressantes mais encore plus basses que les "mid" donc réservées à des randonneurs avertis et je conseille vivement de les utiliser avec une paire de bâtons.

5. Les chaussures de running et de trail

Légères et amortissantes, mais spécifiques à la course à pied en terrain "montagne".

Elles n’offrent que peu de protection.

Quelle chaussure pour quelle balade ?

  • Balades sur macadam et petites randonnées sans dénivelé : chaussures tige basse ou mid, confortables et respirantes.
  • Randonnées plus soutenues, nature ou moyenne montagne : tige haute ou mid. L’attention doit être portée sur le maintien du pied et la qualité de la semelle.
  • Grandes randonnées avec portage : chaussures de randonnée estivale tige haute, étanches, protectrices et dotées d’une semelle de qualité.
  • Raquettes et randonnée glaciaire : des chaussures tige haute, dédiées aux pratiques de montagne hivernale. Elles doivent être étanches, plus rigides et cramponnables.

Comment choisir une paire de chaussures de road trip / trekking

Le road trip a souvent beaucoup de similarité avec la randonnée, et surtout les longues randonnées comme les treks. Dans les deux cas, on a besoin de chaussures de qualité, adaptées aux terrains difficiles, avec un confort optimal.

Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour choisir ce type de chaussures : pointure, semelle, confort, résistance...

La tige

C’est la partie supérieure qui recouvre le dessus du pied. Elle est fabriquée en cuir, en nubuck ou en matières synthétiques. Les fabricants ajoutent souvent un insert de membrane synthétique (ex : Gore-Tex®) pour optimiser son étanchéité. Afin de préserver les zones d’impact exposées à l’abrasion, des renforts de matière plus résistante sont plaqués pour préserver la structure de la chaussure. Lorsque cette tige est montante et enserre la cheville, on parle de « tige haute ». En dessous de la malléole, la tige est dite « basse ». Lorsqu’elle arrive au niveau de la malléole, cette tige est « mid », un compromis entre les deux options.

Pointure - Chaussant

Pointure:

Le choix de la bonne pointure est difficile ! Les erreurs d’appréciation sur les tailles ou les chaussants sont fréquentes.

Les magasins sont une bonne solution pour trouver votre pointure. Les tailles ne sont pas équivalentes sur une marque entre les modèles et le choix en ligne est compliqué. Je vous conseille d'aller essayer en magasin pour trouver la bonne pointure (à l'aide du vendeur si possible) et que vous l'achetiez en ligne ensuite.

Pour choisir sa pointure, je classe les chaussures en deux catégories :

  • Les chaussures rigides (pour les longues randonnées) ; il faut, en général une taille de plus que celle de votre pied le plus fort.
    Procédez de la façon suivante : mettez vous debout, chaussure OUVERTE et avec une paire de chaussette moyenne. Poussez jusqu’à toucher le bout de la chaussure avec les orteils. Dans cette position il doit y avoir l’espace d’un doigt (plutôt petit, disons 1cm environ) derrière le talon. Lacez la chaussure et vérifiez que le talon ne se relève pas complètement pendant la marche.


  • les chaussures plus fines, moins rigides, type "mid" ou basses peuvent avoir 1/2 pointure de moins en général que les "rigides", voire davantage. Pour ce type de chaussures, le pied doit avoir un peu d’espace mais pas trop. On ne recherchera pas un véritable espace au talon, mais une notion de confort et de non-compression des orteils.

Peu de chaussures se détendent vraiment, mais les matelas intérieurs vont un peu se contraindre et légèrement se tasser à la longue. Cette marge sera intéressante pour porter une grosse paire de chaussettes.

Chaussant(Pied fin, pied large, sensibilité du tibia ...)

Le bon chaussant doit, dans l’idéal, accueillir votre pied et le maintenir dans les mouvements de marche. Les marques étaient assez typées dans le temps. Elles essayent aujourd’hui de concevoir des chaussures au chaussant plus « passe partout » qui conviennent au plus grand nombre de formes de pied possibles. De manière générale, les marques italiennes proposent un chaussant plus étroit que les marques allemandes.

Vérifiez d’abord que vous avez la bonne pointure, sinon cela ne sert à rien. Serrez moyennement la chaussure avec une paire de chaussettes moyennes.

La boite à orteils doit permettre aux orteils de bouger et de "respirer". L’avant du pied ne doit pas partir en translation vers la droite ou vers la gauche dans les pas en dévers. Attention à ne pas comprimer l’avant du pied pour tenter de gagner en précision. Ce genre de compression se paye au cours du temps et l’addition arrive la quarantaine passée avec un syndrome de Morton que les femmes aux chaussures fines et comprimantes connaissent malheureusement bien et qui peut devenir très handicapant.

Le talon doit à peine se soulever dans le déroulé de pied. La chaussure neuve viendra s’assouplir légèrement avec le temps, mais le talon ne doit pas se décoller en totalité de la semelle sous peine d’échauffement, d’ampoules et de souffrances rapides.

L’impression de confort général du pied doit être bonne, mais méfiance ! C’est au cours de la première randonnée que vous en serez sûrs, après une ou deux heures de marche, et si possible avec un sac à dos et dans des pentes prises en travers.

Semelle

L’accroche de la semelle dépend de la qualité du matériau utilisé et de son crantage. En général, les gommes tendres ont une meilleure accroche sur le rocher mais elles s’usent vite, ce qui est pénalisant car un ressemelage est assez onéreux et peut être plus ou moins bien effectué. Les gommes dures seront plus résistantes.

On cherche donc le bon compromis en fonction des terrains pratiqués (plus tendre pour l’escalade rocheuse, plus dure pour la haute route et la randonnée classique) mais on trouve maintenant de bonnes semelles, à la longévité et à l’accroche rocheuse satisfaisante.

Le choix de la bonne rigidité sur vos chaussures de montagne

La rigidité tient essentiellement à la semelle et se teste en essayant de plier la chaussure. Si elle se tord comme une éponge, elle est considérée comme très souple. A l’autre extrême, si vous ne pouvez pas la "plier", elle est considérée comme très rigide. La rigidité peut être quasi-totale sur les chaussures d’alpinisme technique, c’est à dire qu’on ne peut quasiment pas les faire fléchir, et faible pour les chaussures de randonnée minimaliste.

Au premier abord, dans le magasin, la rigidité d’une chaussure peut paraître désagréable. Mais sur un long parcours elle soutiendra le bas de la jambe et soulagera les efforts du pied dans les terrains escarpés (pour autant que le pied soit également adapté au chaussant du modèle utilisé).

En montagne, un manque de rigidité de la part de la chaussure sera à la longue synonyme de manque de stabilité pour le pied qui cherchera instinctivement à compenser par un effort musculaire. N’hésitez donc pas à choisir des chaussures assez rigides si vous voulez du terrain escarpé. Avec un chaussant adapté à votre pied, vous ne souffrirez pas d’une chaussure rigide et vous pourrez vérifier, les heures durant, que la rigidité vous apportera le confort et la sécurité.

Imperméabilité et membrane imperméable

Il s’agit d’un point fondamental pour les activités de montagne engagée, bien que l'imperméabilité ne soit jamais totale.

Les chaussures basses, dites d’approche, sont très sensibles à l’eau du fait de leur ouverture. De ce fait les fabricants ne cherchent pas à les doter d’une membrane. Oublions donc ce type de chaussure quand on parle d’étanchéité et concentrons-nous sur les chaussures montantes.

Dans la classification des marchands, on lira : bonne imperméabilité, très bonne imperméabilité, étanchéité. Cela veut dire que certains modèles sont plus ou moins sensibles à l’eau, et, surtout, à la "neige chaude". Il y a peu de chaussures de montagne dont l’étanchéité résiste vraiment à 10 heures dans la "neige chaude".

Le point essentiel reste dans le compromis étanchéité/respirabilité. En effet, certaines coques plastiques sont des plus imperméables, mais assez mauvaises en respirabilité. De ce fait on assiste à des gelures, dans ces chaussures, par excès de condensation. Le pied transpire pendant l’effort et il lui faut une chaussure à la fois protectrice de l’élément aqueux mais respirante pour évacuer sa propre humidité.

Laçage

Il doit être aisé, rapide et, surtout, stable. Le maintien du pied et l’assurance du pas en dépendent. Un laçage adapté éviter à bon nombre de traumatismes et de torsions.

Style

Pourquoi devrions-nous porter aux pieds des chaussures moches et/ou qui ne nous plaisent pas ? Être fier des chaussures que l'on porte n'est pas réservé qu'à la gent féminine. L'offre actuelle des fabricants est telle qu'il est tout à fait possible de trouver belle chaussure à son pied, tout en donnant la priorité au confort. Design, couleurs, technicité, matières, l'offre est pléthorique, alors profitons-en !

Comparatif : les meilleurEs PAIRES DE CHAUSSURES de road trip

Je vous propose une sélection de 5 modèles de chaussures parfaites pour un road trip et offrant un bon rapport qualité/prix. Mon choix s'est porté par expérience sur des modèles de type chaussures de petites / grandes randonnées, les autres modèles ne présentant que peu d'intérêts pour un road trip.

Ma sélection en détail :

Columbia Woodburn II Waterproof

Millet Trident Gore-Tex

Salomon XA Pro 3D GTX

Merrell Ridgepass Thermo Mid

The North Face Hedgehog Hike GTX Mid

Les principales marques sur le marché

Le marché des chaussures de randonnée regroupe une multitude de marques. Toutes ne se valent et je vous invite à effectuer votre choix parmi l’une des marques suivantes : Asolo, Boreal, Columbia, Lafuma, Lowa, Mammut, Merrell, Millet, Quechua, Salomon, The North Face.

Quelques conseils pour entretenir votre paire de chaussures

Acheter une belle paire de chaussures de randonnée est très agréable, mais il est encore plus agréable de faire durer son matériel en l'entretenant correctement. Je vais vous donner des conseils sous forme d'étapes pour bien l'entretenir.

1 – Le nettoyage

Ce n’est pas forcément logique au premier abord : pourquoi nettoyer ses chaussures alors que l’on va les resalir ? On pourrait penser que la boue et la saleté font office de couche de protection.

Malheureusement, ce n’est pas le cas. Si vous laissez de la boue ou de la saleté sur vos chaussures ou des débris (sable, brindilles…) coincés dedans, celles-ci vont s’abîmer par abrasion.

Bien qu’il faille surtout s’occuper de l’extérieur, cela ne fait pas de mal d’entretenir l’intérieur de temps en temps.

Nettoyage de l’extérieur

Le plus simple pour nettoyer des chaussures de randonnée est d’utiliser une brosse souple et de l’eau froide ou tiède – et d’y ajouter un peu d’huile de coude. Pensez également à nettoyer la semelle.

Il n’est pas nécessaire de le faire après chaque sortie, mais faites-le régulièrement – même si vos chaussures ne paraissent pas trop sales. Cela vous permet de vous débarrasser des petites particules qui dégradent les matériaux de la tige.

Nettoyage de l’intérieur

L’intérieur des chaussures doit également être nettoyé de temps en temps. C’est surtout important pour les chaussures imper-respirantes afin qu’elles ne perdent pas leur respirabilité. Nettoyer l’intérieur permet aussi de limiter le développement des mauvaises odeurs – un plus pour vos partenaires de voyage !

Vous pouvez faire cela en remplissant l’intérieur de vos chaussures d’eau froide ou tiède et en frottant légèrement. Sachez par contre que vos chaussures mettront assez longtemps pour sécher si vous faites cela. N’espérez pas les réutiliser le lendemain !

Il existe des produits de nettoyage spéciaux qui sont plus efficaces que l’eau seule, mais ils ne sont pas indispensables si vous effectuez un entretien régulier.

2 – Le séchage

S’il y a une étape indispensable après chaque sortie, c’est celle-là ! Pour faire sécher vos chaussures :

  • Enlevez la semelle intérieure pour que vos chaussures s’aèrent et sèchent plus rapidement.
  • Ouvrez en grand vos chaussures en desserrant les lacets. L’idéal serait d’enlever complètement les lacets, mais je partage votre manque de motivation pour faire cela après chaque randonnée. 
  • Faites-les sécher à température ambiante. Ne les exposez pas à une source de chaleur directe (feu, radiateur, etc.) – c’est un des meilleurs moyens de détruire vos chaussures rapidement.
  • Si vos chaussures sont trempées, bourrez-les de papier journal pour accélérer le séchage.

3 – Le traitement

Avant d’appliquer un quelconque traitement, vos chaussures doivent être propres. Certains traitements requièrent que les chaussures soient sèches, d’autres qu’elles soient humides – référez-vous à la notice d’utilisation du produit. Il existe deux types de traitements principaux :

Les produits « réimperméabilisants »

Il est possible de « réimperméabiliser » des chaussures grâce à ces produits. J’ai bien mis le terme entre guillemets car il s’agit en fait de redonner de la déperlance au matériau (l’eau perle et ne s’infiltre pas) – bien que ce genre de produits se disent « imperméabilisants ».

Une chaussure qui manque de déperlance absorbe l’eau et ne respire plus aussi bien – l’air intérieur ne pouvant plus s’échapper par les pores remplis d’eau, et la différence d’humidité de chaque côté étant faible.

Tout dépend de la fréquence d’utilisation des chaussures, mais en moyenne je recommanderais de faire cela une fois par an.

Attention, car les produits « imperméabilisants » sont spécifiques à chaque matériau (cuir, nubuck, suède, etc.) – n’en utilisez pas un au hasard. Un dernier conseil : suivez correctement les instructions d’application du produit si vous voulez un bon résultat.

Les crèmes protectrices

Les crèmes protectrices sont surtout utilisées sur le cuir afin d’éviter qu’il ne sèche et ne craquelle. Souvent, la crème s’applique à l’aide d’un chiffon puis est chauffée légèrement au sèche-cheveux pour une meilleure pénétration. Comme pour les produits « imperméabilisants », assurez-vous d’utiliser un produit qui convienne au matériau de vos chaussures.

Evitez d’utiliser des graisses sur le cuir des chaussures de randonnée, car elles assouplissent trop le cuir et le rendent étanche (il ne respire donc plus).

4 – L’inspection et les réparations

Inspectez régulièrement vos chaussures et réparez-les le plus tôt possible si besoin. Il vaut mieux faire cela après chaque randonnée plutôt que d’avoir une mauvaise surprise avant de partir.

N’attendez pas que votre semelle soit à moitié décollée pour la réparer. Dès qu’une partie de vos chaussures est endommagée, réparez-la. Parfois, il suffit simplement d’une goutte de colle.

Il y a deux raisons à cela :

  • Une réparation effectuée tôt tient souvent mieux.
  • Une réparation non effectuée peut gâcher une randonnée ou compromettre votre sécurité.

5 – Le rangement

Bien évidemment, avant de les ranger, vos chaussures doivent être sèches (et propres dans l’idéal). Stockez-les dans un endroit sec et aéré. Evitez de laisser vos chaussures près de zones chaudes ou exposées aux rayons du soleil.

Si vos chaussures restent inutilisées pendant une longue période, l’idéal est de les bourrer de papier journal pour qu’elles gardent leur forme – ou d’utiliser un autre système.

Où acheter des chaussures de randonnée au meilleur prix ?

Pour trouver une paire de chaussures de randonnée de bonne qualité, je vous déconseille l’achat dans une grande surface classique. Tournez-vous plutôt vers les magasins spécialisés où vous pouvez en plus profiter des conseils d’un vendeur. L’enseigne Decathlon propose également un très grand choix de chaussures et qui sont de très bonne qualité à des prix intéressants.

Mais pour profiter des meilleurs prix, j’achète désormais mon matériel de randonnée et de voyage principalement sur internet et plus précisément sur le site Amazon. Il regorge de chaussures de randonnée à des prix souvent meilleurs que dans le commerce. Et comme je vous l'ai présenté plus haut, une fois le modèle adapté à vos pieds trouvé, vous pouvez le rechercher sur Amazon et ainsi certainement faire baisser la note!